Accueil > Traductions > Latin > Virgile > Enéide > Énéide Livre V > Virgile, Énéide V, 485-518 | Les archers

Virgile, Énéide V, 485-518 | Les archers

mercredi 31 août 2022, par Danielle Carlès

Sans plus attendre, Énée au concours des flèches rapides485

invite ceux qui voudraient participer et annonce les prix.

À la force immense des bras, un mât pris au navire de Séreste

il fait dresser et y rattache, au bout d’une corde, une vive colombe

qui sera la cible de leurs pointes de fer, suspendue tout en haut du mât.

Les concurrents se rassemblèrent et l’on jeta les noms pour le tirage au sort490

dans un casque d’airain. La première place, bruyamment acclamée,

échoit, devant tous les autres, à Hippocoon, fils d’Hyrtacus.

Et c’est le récent vainqueur de la joute navale, Mnesthée,

qui le suit, Mnesthée couronné du vert olivier.

Le troisième est Eurytion, ton frère, ô illustre495

Pandarus, toi qui ayant jadis reçu mission de rompre la trêve,

fus le premier à brandir ton trait au milieu des Achéens !

En dernier lieu resta au fond du casque Aceste,

qui n’avait pas craint d’engager son bras dans cette épreuve de jeunes gens.

Maintenant les hommes avec effort courbent les arcs, chacun bande le sien500

selon sa force, et ils sortent les traits de leurs carquois.

La première flèche à traverser le ciel dans le sifflement de la corde

est celle du jeune Hyrtacide, elle vole, elle fend les airs,

et vient droit se ficher dans le bois du mât.

Le mât trembla et l’oiseau prit peur, épouvanté jusqu’au bout des plumes,505

et de son violent battement d’ailes tous les environs résonnèrent.

Puis ce fut à l’ardent Mnestée d’armer son arc et de se mettre en position,

visant vers le haut, ses yeux et son trait pareillement tendus.

Mais atteindre de son fer, malchanceux, l’oiseau lui-même,

il n’y parvint pas : il rompit le noeud, la corde de lin510

attachée à la patte, qui la retenait tout en haut du mât.

Elle s’enfuit dans les Notus, volant vers les nuages noirs.

Alors, rapide, car depuis un moment déjà son arc était prêt

et il tenait sa flèche armée, Eurytion invoqua son frère dans ses voeux,

puis, l’ayant suivie du regard, heureuse déjà dans le ciel libre et battant515

des ailes, sous un nuage noir il transperce la colombe.

Elle tomba inanimée et laissa sa vie parmi les astres

éthérés, en chutant elle rapporte la flèche en elle fichée.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.