Accueil > Traductions > Latin > Virgile > Enéide > Énéide Livre IV > Virgile, Énéide IV v. 56-89 | comme la biche parmi les bois de (...)

Virgile, Énéide IV v. 56-89 | comme la biche parmi les bois de Crète

lundi 17 février 2014, par Danielle Carlès

Première tâche, elles vont aux temples et d’autel en autel cherchent à obtenir

une réponse de paix. Elles immolent des victimes de deux ans choisies selon le rite

en l’honneur de Cérès porteuse de la loi, de Phébus, de Lyæus père,

de Junon avant tous les autres, qui a le soin des liens conjugaux.

[60] C’est elle-même, tenant la coupe dans sa main droite, la belle Didon,

qui la verse entre les cornes d’une vache parfaitement blanche

ou s’avance face aux dieux vers les autels graisseux,

et renouvelle chaque jour ses offrandes, et dans les poitrails ouverts

des bêtes avec avidité consulte les entrailles pantelantes.

[65] Hélas, cerveaux ignares des devins ! À quoi servent des vœux pour une folle ?

À quoi servent des temples ? La flamme avec volupté lui dévore la moelle

pendant ce temps, et silencieuse au fond du cœur bien vivante est la blessure.

Elle brûle, l’infortunée Didon, et partout dans la ville elle promène

sa folie, comme la biche qu’avec un coup de flèche

[70] de loin quand elle ne s’y attend pas parmi les bois de Crète

le berger a percé, la harcelant de traits, puis il a abandonné le fer empenné

sans le savoir, tandis quelle fuit à travers forêts et pâturages

dictéens. Cloué à son flanc est le roseau qui la tue.

La voilà qui conduit Énée avec elle dans les murs

[75] et lui fait étalage des richesses sidoniennes, de l’équipement de la ville,

elle commence à lui parler et s’arrête à la moitié d’un mot.

La voilà au jour tombant qui cherche à revivre le même repas,

elle veut, l’insensée, réentendre encore le récit des malheurs d’Ilion,

elle le réclame, et se retrouve suspendue encore aux lèvres du narrateur.

[80] Puis, quand ils ne sont plus là et, que la lune s’obscurcit à son tour,

baissant sa lumière, que les astres déclinant invitent au sommeil,

seule dans la maison vide la tristesse la prend, et sur les draps qu’on vient de quitter

elle s’allonge, absente c’est l’absent qu’elle entend, c’est lui qu’elle voit.

Ou bien c’est Ascagne, prise au piège par l’image de son père, que sur son sein

[85] elle retient, s’il était possible de tromper l’amour interdit.

Les tours commencées ne s’élèvent plus, les recrues aux armes

ne s’entraînent plus, plus de ports ou de remparts contre la guerre

qu’on aménage en abris sûrs, suspendus sont les travaux à mi-chemin, le menaçant

gigantisme des murailles et les engins de la hauteur du ciel.


Lecture avec le texte latin

Première tâche, elles vont aux temples et d’autel en autel cherchent à obtenir

Principio delubra adeunt, pacemque per aras

une réponse de paix. Elles immolent des brebis de deux ans choisies selon le rite

exquirunt ; mactant lectas de more bidentis

en l’honneur de Cérès porteuse de la loi, de Phébus, de Lyæus père,

legiferae Cereri Phoeboque patrique Lyaeo,

de Junon avant tous les autres, qui a le soin des liens conjugaux.

Iunoni ante omnis, cui uincla iugalia curae.

[60] C’est elle-même, tenant la coupe dans sa main droite, la belle Didon,

60 Ipsa, tenens dextra pateram, pulcherrima Dido

qui la verse entre les cornes d’une vache parfaitement blanche

candentis uaccae media inter cornua fundit,

ou s’avance face aux dieux vers les autels graisseux,

aut ante ora deum pinguis spatiatur ad aras,

et renouvelle chaque jour ses offrandes, et dans les poitrails ouverts

instauratque diem donis, pecudumque reclusis

des bêtes avec avidité consulte les entrailles pantelantes.

pectoribus inhians spirantia consulit exta.

[65] Hélas, cerveaux ignares des devins ! À quoi servent des vœux pour une folle ?

65 Heu uatum ignarae mentes ! quid uota furentem,

À quoi servent des temples ? La flamme avec volupté lui dévore la moelle

quid delubra iuuant ? Est mollis flamma medullas

pendant ce temps, et silencieuse au fond du cœur bien vivante est la blessure.

interea, et tacitum uiuit sub pectore uolnus.

Elle brûle, l’infortunée Didon, et partout dans la ville elle promène

Uritur infelix Dido, totaque uagatur

sa folie, comme la biche qu’avec un coup de flèche

urbe furens, qualis coniecta cerua sagitta,

[70] de loin quand elle ne s’y attend pas parmi les bois de Crète

70 quam procul incautam nemora inter Cresia fixit

le berger a percé, la harcelant de traits, puis il a abandonné le fer empenné

pastor agens telis, liquitque uolatile ferrum

sans le savoir, tandis quelle fuit à travers forêts et pâturages

nescius ; illa fuga siluas saltusque peragrat

dictéens. Cloué à son flanc est le roseau qui la tue.

Dictaeos ; haeret lateri letalis arundo.

La voilà qui conduit Énée avec elle dans les murs

Nunc media Aenean secum per moenia ducit,

[75] et lui fait étalage des richesses sidoniennes, de l’équipement de la ville,

75 Sidoniasque ostentat opes urbemque paratam ;

elle commence à lui parler et s’arrête à la moitié d’un mot.

incipit effari, mediaque in uoce resistit ;

La voilà au jour tombant qui cherche à revivre le même repas,

nunc eadem labente die conuiuia quaerit,

elle veut, l’insensée, réentendre encore le récit des malheurs d’Ilion,

Iliacosque iterum demens audire labores

elle le réclame, et se retrouve suspendue encore aux lèvres du narrateur.

exposcit, pendetque iterum narrantis ab ore.

[80] Puis, quand ils ne sont plus là et, que la lune s’obscurcit à son tour,

80 Post, ubi digressi, lumenque obscura uicissim

baissant sa lumière, que les astres déclinant invitent au sommeil,

luna premit suadentque cadentia sidera somnos,

seule dans la maison vide la tristesse la prend, et sur les draps qu’on vient de quitter

sola domo maeret uacua, stratisque relictis

elle s’allonge, absente c’est l’absent qu’elle entend, c’est lui qu’elle voit.

incubat, illum absens absentem auditque uidetque ;

Ou bien c’est Ascagne, prise au piège par l’image de son père, que sur son sein

aut gremio Ascanium, genitoris imagine capta,

[85] elle retient, s’il était possible de tromper l’amour interdit.

85 detinet, infandum si fallere possit amorem.

Les tours commencées ne s’élèvent plus, les recrues aux armes

Non coeptae adsurgunt turres, non arma iuuentus

ne s’entraînent plus, plus de ports ou de remparts contre la guerre

exercet, portusue aut propugnacula bello

qu’on aménage en abris sûrs, suspendus sont les travaux à mi-chemin, le menaçant

tuta parant ; pendent opera interrupta, minaeque

gigantisme des murailles et les engins de la hauteur du ciel.

murorum ingentes aequataque machina caelo.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.